Nous utilisons des cookies pour nous assurer du bon fonctionnement de notre site, pour personnaliser notre contenu et nos publicités, et analyser notre trafic.

Du jeudi 28 septembre au mercredi 11 octobre 2017
- Terminé

Intérieur-extérieur

Aida Galerie, Strasbourg
Entrée libre

Gérard Brand (sculptures)
Beatemarie Busch (peintures)
Jean-Roch Klethi (peintures)


Tous les jours de 14 à 19 heures

Nos expos sont souvent l’occasion d’expérimenter la confrontation d’écritures très dissemblables. Cette fois, Gérard Brand apporte ses volumes, qui semblent des mosaïques sorties de leur cadre et prenant vie en 3 dimensions. Beatemarie Busch, artiste badoise invitée pour cette occasion, dévoile ses explorations organiques, figuratives et non figuratives. Jean-Roch Klethi propose quant à lui son monde de trames et de textures colorées. Ces univers singuliers relèvent le défi de s’accorder et de se révéler compatibles entre eux, au moins pour le temps de cette exposition. Le point commun à ces travaux : ils mettent en jeu les relations du dedans avec le dehors, de l’extérieur avec l’intérieur, du dessus avec le dessous.

Gérard Brand


Gérard Brand est un mosaïste dont les mosaïques ont pris corps dans l’espace et sont désormais des sculptures en volume. Ses voyages et séjours en Afrique placent son inspiration sous l’influence des arts africains, que l’on appelle aujourd’hui improprement « premiers ». Son expression prend également ses racines au sein d’influences multiples, comme par exemple les différentes formes d’expression caractéristiques du premier essor de l’art chrétien médiéval. Sa production particulièrement prolifique est protéiforme. Elle se caractérise toutefois par les attaches conservées avec la mosaïque, ce qui toujours lui apporte la vibration des fragments de pierre et de céramique colorées. A cela s’ajoutent les jeux de lumière, les assemblages délicatement ajourés avec leur poésie subtile, les nervures métalliques et les matières translucides ou opalescentes qui donnent parfois à ses pièces des allures de vitrail.
Ses réalisations sont ou bien des personnages fantasques et pétillants de vie, ou encore des chimères tout droit sorties du bestiaire roman, ou d’improbables assemblages à demi organiques, à demi machiniques. Il est l’explorateur d’un monde fantastique de créatures fabuleuses, toutes scintillantes de liberté.

Beatemarie Busch


Artiste badoise invitée pour cette exposition, elle a notamment participé au projet ArTandem réalisé il y a quelques années en collaboration entre l’AIDA et la GEDOK Karlksruhe, dont elle est membre.
C’est certainement son passé de pharmacienne qui lui inspire les formes très évocatricement organiques qu’elle affectionne tout particulièrement. Le corps est au centre de sa démarche. Pas le corps comme silhouette humaine, figure plastique ou volume sublimé se déployant dans l’espace. Plutôt le corps organique, comme manifestation biologique poreuse, réversible, traversée et trouée du dehors comme du dedans. Ou encore comme assemblage organique capable de se représenter à soi-même sa propre corporéité, jusque dans ses replis les plus intimement corporels. Ces explorations indiscrètes et sans fard sont parfois dérangeantes : abordant des questions comme la vie, la mort et la conscience d’être, leur pouvoir évocateur n’est parfois pas dépourvu d’une forme de crudité, voire de froide cruauté. Elles posent certainement plus de questions qu’elles n’offrent de certitudes.

Jean-Roch Klethi


Il exerce le métier d’urbaniste. C’est sans doute ainsi que s’explique son attirance pour les espaces et les cartographies. Il a également étudié dans ses jeunes années l’histoire de l’industrie textile. L’utilisation systématique de matières textiles dans ses pièces depuis une douzaine d’années environ est peut-être un écho à cette expérience.
Ses créations sont composées de fils, textures et couleurs projetées ou brumisées. L’utilisation de fils de lin, toile de jute détissée et autres matières naturelles est désormais sa marque de fabrique. Ces matières sont exploitées pour leur aptitude à produire des effets inattendus et pour leur pouvoir d’évocation. Leur utilisation comprend en revanche une importante part d’aléatoire. Les résultats que produit leur utilisation ne sont toutefois jamais livrés dans leur état brut. Ils font l’objet de mises en couleurs à la brosse, qu’il faut voir comme une relecture, par laquelle quelque chose se transmet d’une poésie singulière de l’univers.

http://www.aida-galerie.com/
Aucun commentaire sur cet évènement,
Signaler une erreur
ou connectez-vous pour publier un commentaire

Lieu : Aida Galerie

Ville : Strasbourg

Département : Bas-Rhin

Région : Grand Est

Pays : France

Annoncé anonymement le vendredi 24 juillet 2020
Modifier cet évènement